ECOLE-PONT > PROJETS

Dans ce village, l’architecte a identifié le manque de communication interpersonnelle entre les villageois lié aussi au manque d’espaces publics. Conformément au concept initial, le projet a produit le minimum de perturbations sur l’environnement et a eu le plus grand impact positif sur la communauté. Li Xiaodong. … Lire la suite …

ECOLE PONT _ LI XIAODONG

Xiashi _ Province de Fujian _ Chine _ 2014

texte et vidéos après les plans et les photos

Bridge over the river.








Texte de l’architecte :

INTERAGIR

Le projet est situé à Xiashi, un village traditionnel de Hakka, province du Fujian. Au centre du village, il y a deux tours rondes appelées Tulous (qui sont des bâtiments en pisé) séparés par une petite rivière. Selon la légende, les familles des deux Tulous étaient autrefois ennemies. La rivière était la frontière, limitant toute interaction. La couleur brun jaunâtre de la Bridge School entre en écho avec la matérialité des Tulous et les lignes graphiques en zig zag du pont suspendu contrastent fortement avec la rondeur de ces bâtiments patrimoniaux.

Les Tulous constituent une forme d’habitation unique en son genre, reflétant la culture du clan et le passé introverti, défensif et turbulent des colonies de Hakka. Aujourd’hui, la culture traditionnelle confère au village un charme tranquille et un riche patrimoine culturel. Mais, sous l’influence des modèles culturels anciens, les deux groupes de villageois restaient séparés par des délaissés qui devenaient rapidement boueux . Le village manquait d’espaces publics pour se réunir, communiquer ou s’unir.

La culture, l’environnement naturel et les situations autochtones sont des préoccupations spécifiques de Li Xiaodong. Elles ont également souvent été au centre de ses créations. Dans ce village, l’architecte a identifié le manque de communication interpersonnelle entre les villageois lié aussi au manque d’espaces publics. Il a constaté que les habitants des deux côtés de la rivière avaient peu d’interactions et que le développement local était lent, voire stagnant, en raison de la rareté des ressources et de l’éloignement du village.

L’idée qu’une «école primaire “espoir” pourrait être l’occasion d’optimiser ce système spatial primitif» est apparue spontanément. Un «pont», traversant la rivière et reliant les deux Tulous, était l’inspiration que Li Xiaodong avait eu et qui fut acceptée par les habitants. La combinaison de l’école primaire avec le pont devient le principe de la conception, un mouvement qui pourrait relier les Tulous «brisés» et dynamiser simultanément un espace au centre du village. The Bridge School pourrait relier le passé, le présent et le futur.

PROJETER

LE PROGRAMME

L’école primaire de Xiashi Hope n’a que deux classes et deux amphithéâtres plus une petite bibliothèque. L’architecte a placé ces trois blocs fonctionnels sur le pont. Un couloir sur un côté des salles de classe mène à la bibliothèque située au centre, et les deux salles de classe – situées aux deux extrémités du pont – font face aux deux Tulous. Dans la classe, le même mur sert de tableau et d’estrade. Après les heures de classe, des activités publiques telles que des spectacles de marionnettes peuvent y être organisées. L’extrémité de chaque salle de classe est équipée de portes coulissantes et pliantes qui, une fois ouvertes, peuvent transformer les extrémités du bâtiment en une scène pour servir aux habitants lorsque les cours ne sont pas en session.

École-pont crée un lien fonctionnel et formel entre les deux Tulous. Il relie et réorganise également les espaces ouverts environnants pour créer une place publique pour le village. Un côté de la place est le Tulou rond et rugueux, tandis que de l’autre côté se trouve la phase délicate. Le fort contraste entre eux remplit tout l’espace de tensions. Quand la nuit tombe, les villageois se rassemblent spontanément pour des activités publiques.

Le projet offre des salles de classe aux enfants, résout un problème de circulation fondamental pour le village et crée une centralité d’échanges.

A propos de la construction

D’une longueur de 28 mètres et d’une largeur de 8,5 mètres, l’ensemble du bâtiment est une structure en treillis d’acier dont l’espace intérieur est utilisé comme salle de classe. Il existe un espace public entre les deux salles de classe et à l’extérieur des salles de classe, une allée sert de couloir visuel entre les salles de classe et la peau du bâtiment.

La surface extérieure du bâtiment est recouverte d’écrans de bois. Cette peau en forme de tulle empêche les activités de la classe d’être dérangées par la vue des piétons à l’extérieur des espaces, mais permet de voir clairement le paysage aquatique plus éloigné.

Sous le bâtiment se trouve un pont public en forme de Z suspendu par des fils d’acier. Pour éviter un conflit avec les extrémités carrées du bâtiment, les architectes ont délibérément modifié l’orientation du pont à l’approche de la place. Sans un volume «voyant» ou des détails pompeux, mais en créant un espace poétique en utilisant le langage de la construction moderne, le bâtiment contraste de manière appropriée avec le village et catalyse une série de possibilités positives.

L’architecture contemporaine dans un contexte traditionnel semble tomber dans l’un des deux camps. On exagère et se laisse aller à l’expression technique moderne. L’autre position est la nostalgique de l’époque préindustrielle. Dans la conception de l’école-pont, les architectes ont essayé de trouver un moyen de séparer les deux extrêmes en utilisant un langage technique moderne et humble (dans sa simplicité).

Conclusion

Commencée en septembre 2008 et achevée en août 2009, l’école-pont a joué un rôle positif et actif dans la protection de la culture de Tulou et l’enrichissement de la vie culturelle des habitants locaux. Conformément au concept du projet initial de l’architecte, il a produit le minimum de perturbations de l’environnement et a eu le plus grand impact positif en redonnant un nouvel élan à l’ancien Tulou.